planète Terre

Intoduction à la spiritualité

Nous autres humains ne sommes pas comme les autres animaux. Nous avons un mental très développé, une pensée plus acérée, mais aussi, pour la plupart d'entre nous, perdu la conscience directe, instantanée, du moment présent. Dans cet état nous sommes en proie à la souffrance, causée par l'inconscience, tant que nous vivons dans l'ignorance des lois de la réalité, et ne savons pas notre place dans le monde, d'où nous venons ou simplement comment vivre au moment présent.

La spiritualité est la science du développement humain au-delà de ses limites actuelles. La spiritualité n'est pas de la positivité bidon. Ce n'est pas de la relaxation ni se concentrer sur les bonnes choses. La spiritualité est très reliée à la philosophie car c'est un art de vivre. La spiritualité, c'est accepter la réalité telle qu'elle est, en conscientisant les choses. C'est donc une quête sans fin, ou plutôt un mode de vie qui nous développe en tant qu'être. Ce développement nous permettra de mieux maîtriser nos émotions et pensées, sans pour autant combattre notre nature intérieure.

Le Bouddha a exposé l'enseignement de l'Être éveillé en peu de mots: 

  • Abstenez-vous de toute action impure, mauvaise, immorale
  • N'accomplissez que de bonnes actions
  • Purifiez sans cesse votre esprit

C'est tout. Cependant les sermons seuls ne servent à rien, car les interprétations mentales sont multiples et chacun s'arrangera avec sa propre interprétation. De plus, comprendre théoriquement ou intellectuellement ce qui est dit ne libère pas. Pour se libérer vous devez vous engager avec tout votre corps et esprit, avec une pratique et une technique utilisées dans le cadre d'une stratégie. Seulement alors nous pourrons réussir dans la voie de l'éveil spirituel.

La spiritualité est au-delà de la peur et de votre importance personnelle, elle est donc au-delà de l'égo.

La réalité se vit au moment présent, et le moment présent est le seul que vous vivrez jamais. Je n'ai donc pas besoin de vous effrayer ou de vous motiver en vous parlant de ce qu'il se passe après la mort. Je vais me contenter de vous dire que les bienfaits d'une pratique spirituelle se vérifieront directement dans votre vie, à chaque instant.

L'indicateur que vous réussissez sur le chemin, c'est la félicité, la joie et la grâce à laquelle vous arrivez à vous connecter et qui vont infuser la qualité de votre vie, de votre corps et de votre esprit.

Développons ces 3 enseignements du Bouddha et voyons ce qu'ils impliquent:

La moralité : Abstenez-vous de toute action impure, mauvaise, immorale

La moralité, grand chantier d'interprétations mentales, ou à chacun y verra à priori ce qu'il voudra voir et s'arrangera pour se trouver des excuses (et donc ignorer la réalité en faveur d'une simple vue de l'esprit), nécessite quelques explications.

La moralité consiste à ne pas vous faire du mal, c'est-à-dire à anticiper et ne payer qu'une seule fois pour chacune de vos erreurs, puis à accepter la leçon qui vient avec. Combien de fois payez-vous les mêmes erreurs ? 

Réponse : des milliers !

Déjà il y a un paradoxe : pourquoi tant de gens se disent : "plus jamais ça" et pourtant continuent ? Gueules de bois, tabagisme, comportements abusifs dans de nombreux domaines (sexe, travail, jeux, vie familiale, amicale...) chacun a ses travers. Mais pourquoi nous continuons ? Nous manquons de force, de courage, ou de raisons, car nous sommes largement inconscients des mécanismes à l'œuvre dans la conduite addictive, à commencer par le principal facteur : ce sont des sensations particulières dans notre corps qui amènent notre inconscient à répéter nos addictions, et nous ne sommes pas attentifs à cela, car ces sensations s'étalent dans le temps et que notre conscience est inattentive la plupart du temps.

Une sensation particulière, ressentie dans le corps, va inconsciemment générer le désir d'effectuer l'action particulière, qui est plus tard source de souffrance pour nous. Tant que nous ne maintenons pas notre attention dans la durée, nous ne pouvons pas le remarquer consciemment.

Si nous étions parfaitement conscients de la souffrance générée, pourquoi continuerions-nous à répéter cette action ? Et si aucune souffrance n'était générée par cette action, pourquoi voudrions-nous l'arrêter ? Vous devez être déterminés à changer cette habitude. Vous devez avoir l'intention et la détermination de travailler vos zones sombres.

Il faut donc bien comprendre que pour avoir une vie morale, un pré-requis est de prendre conscience des sensations sur notre corps à chaque instant. Ce processus n'est pas instantané, c'est un (plus-ou-moins) long chemin de déconditionnement de nos habitudes.

Ce chemin nécessitera une technique (dont la méditation est un fer de lance) et une stratégie adaptées, chose que je me propose de vous partager dans ce blog et en particulier dans mon livre (en cours d'écriture) : la guerre intérieure et la voie du bonheur

Si nous ne remettons pas notre égo en question, tous ces efforts seront anéantis par notre orgueil. Tant que nous sommes attachés à notre égo, un système bien huilé est mis en place afin que le mental ait toujours raison. Il prouvera toujours qu'il ne peut avoir tort, et cela est délétère car nous ne pouvons pas écouter les autres correctement tant que nous voulons à tout prix avoir raison. Pire encore, nous ne pouvons pas nous écouter nous-mêmes car nous sommes trop orgueilleux pour remettre en question nos propres croyances qui génèrent de la souffrance, et donc nous vivons une vie immorale.

Comme vous le voyez, avoir une vie morale est une philosophie qui relève d'une logique implacable, cependant cela nous oblige à transcender notre égo en étant à l'observation de ce qu'il se passe à l'intérieur de nous (pensées, émotions, sensations) afin de mettre en pratique cette moralité. Car notre égo est trop inconscient pour se défaire de ses propres conditionnements tout seul. Il aura besoin du pouvoir de l'Être, qui est la volonté intuitive, attentive, silencieuse, naturellement intelligente et sage qui est en nous, au-delà du mental puisqu'elle le contient. Le but sera donc de récupérer notre pouvoir personnel (notre capacité d'attention) et de nous désidentifier de notre mental pour laisser la place qui lui revient. En faisant cela, l'Être pourra naturellement infuser notre mental et ainsi nous sentirons la paix au-delà de la souffrance (qui est mentale).

N'accomplissez que de bonnes actions

C'est simple, en vous débarassant de vos conditionnements mentaux inconscients, vous ouvrez la perspective d'actions réellement positives, pour vous et les autres. Ces actions découleront de la compréhension ultime de vos besoins, et ne viendront pas d'une pression sociale, d'une peur subconsciente ou de désirs mimétiques type : "Parce-que les autres l'ont je dois l'avoir aussi", "Si les autres le font c'est que je dois le faire aussi"...

Ces actions sont réalisées avec une grande résolution et ont une qualité inhérente supérieure à toute décision purement égoïste, ce qui va booster votre productivité, et éliminer une grande part de travail inutile dans votre vie.

Dans le cas où il n'y a rien à faire, vous comprendrez aisément qu'il vaut mieux ne rien faire, et garder le silence plutôt que de parler pour ne rien dire. Il n'y a que la frénésie de votre égo qui juge insatisfaisant cet état de ne rien faire. Quand vous ne vous identifiez plus à votre égo, il devient parfaitement acceptable de ne rien faire et de vous plonger dans le moment présent. Votre patience deviendra infinie !

Si vous êtes parfois soumis au stress en société (situation de travail, de rencontre amicale, amoureuse...) et que la peur de ne pas plaire aux autres vous envahit, sachez que votre déconditionnement mental vous libèrera de cette charge et vous permettra de vous affirmer réellement tout en restant à l'écoute. À terme, les autres vous sentiront plus vrai, et seront plus réceptifs à vos propos (et vous aux leurs) ce qui est vraiment agréable, utile et bénéfique pour tout le monde. Sans compter le bénéfice créatif d'être à l'écoute des autres et d'identifier leurs besoins (et les vôtres). Bien sûr vous saurez aussi mieux quelle est votre place et ne vous laisserez plus abuser aussi facilement par les autres.

Il va de soi que par ailleurs, les actions pleines d'insécurité comme par exemple mettre quelqu'un mal-à-l'aise pour se sentir supérieur, ne seront plus nécessaires. À terme, vous comprendrez qu'agir contre les autres revient à agir contre vous-même. À l'inverse, vous comprenez aisément que si vous acceptez que les autres vous fassent du mal, c'est comme agir contre vous-mêmes et cela n'aide pas vraiment les autres.

Il n'y a que 3 façons de faire face à la réalité de l'instant (selon Eckhart Tolle - Le pouvoir du moment) : Fuir, Agir, et Accepter la situation. Pensez-y.

Il faut adapter votre choix à la réalité changeante du moment. On peut dire que quel que soit votre choix, vous devriez aussi Accepter la situation (ou lâcher prise). Ça signifie que même si les choses n'étaient pas parfaites au vu de votre jugement personnel, accepter la situation et en tirer les leçons reste toujours la meilleure chose que vous puissiez faire. C'est bien meilleur que de nourrir du ressentiment ou de se plaindre.

Cependant l'acceptation n'est pas une excuse pour l'inaction. Par exemple, si nous n'avons pas les outils pour faire notre travail, on ne va pas se dire « ok je me résigne de ne pas avoir les outils et ne pas pouvoir avancer dans mon travail ». La résignation n’a rien à voir avec le lâcher prise. Cela ne veut pas dire accepter une situation indésirable ou se raconter des histoires à propos de la situation en se disant « ce n’est pas si mal d’être au chômage technique ». Vous n'avez pas besoin de vous raconter des histoires. Dans ce cas vous acceptez pleinement la situation (« il me manque les outils ») puis vous passez à l'action : « je vais construire ou acheter ces outils ».

Purifiez sans-cesse votre esprit

Pour avoir une vie morale pleine de bonnes actions, il faudra veiller constamment à améliorer ce qui peut l'être dans votre espace intérieur, c'est-à-dire qu'il faudra purifier votre esprit / votre mental.

💡Esprit et mental sont des termes interchangeables dans mes propos. 

Pour purifier votre esprit, le début du chemin consiste à découvrir que vous n'êtes pas votre esprit, que votre esprit est multiple, et qu'il peut être façonné de l'intérieur par la simple observation consciente.

Tout ceci s'obtient en se concentrant intensément sur l'instant présent, sur ce qu'il y a là et maintenant, sans chercher à tout contrôler, dans un lâcher-prise total et une complète acceptation de ce qui est. Faire cela permet de conscientiser notre esprit sans chercher à le modifier. Plus vous le ferez, plus vous serez intensément présent, et plus vous verrez que votre esprit change d'attitude naturellement.

Au début vous ne pourrez pas maintenir votre attention longtemps dans cet état, avant qu'une pensée ne reprenne le contrôle de votre dialogue intérieur et que vous ne retombiez dans l'inconscience en suivant ce flux de pensées sans aucun recul conscient sur ce qui vous arrive et où votre mental vous dirige.

Mais pratiquez, essayez d'être présent, encore et encore. La méditation vous aide car c'est un temps dédié à cette activité et seulement à cette activité.

Avec la pratique, vous pourrez observer l'espace entre vos pensées ainsi que le contenu de celles-ci avec grande précision, tout en observant les sensations dans votre corps, vos émotions, le contenu de votre perception, ainsi que les messages qui viennent de l'extérieur, avec une grande dextérité.

La seule chose qui vous sépare de cet état de conscience, c'est la pratique. Alors pratiquez à votre rythme, soyez observateurs ou observatrices. Dégager l'observateur du mental n'est pas une fin en soi, et ne signifie pas l'achèvement du chemin spirituel, mais c'est une étape nécessaire dans la prise de conscience de notre réalité.

Résumé

  • La souffrance provient de notre identification au mental, qui nous empêche d'avoir une vie morale. Stopper le conditionnement inconscient de notre mental par la prise de conscience de ce qui est déjà en nous, nous permet d'accepter la réalité des choses plutôt que de la nier. C'est donc vivre au moment présent, être dans un état de présence, de conscience soutenue à ce qui est là.
  • On appelle cet état la présence. D'abord essayons d'être présents le plus souvent possible, puis de plus en plus souvent, puis après quelques cycles d'essai/erreur, en permanence ou presque. 
  • L'état de présence doit être découvert puis approfondi, pour pouvoir faire ce qui est dit plus haut, et pour cela le plus efficace est d'apprendre à méditer (un stage 10 jours de méditation Vipassana a été très efficace pour me faire prendre conscience de ma situation intérieure). Beaucoup de personnes vivent des états temporaires de conscience, de manière très éphémère. Cela s'appelle Satori et vous donne un bon aperçu de l'état de grâce, de paix et de joie qui se dégagent lorsque vous acceptez la réalité. Vous avez peut-être vécu cela dans un moment fort comme à la naissance de vos enfants, ou encore dans la nature au milieu du calme et du silence, stupéfait par la beauté ou l'intensité du moment, votre dialogue intérieur s'est peut-être tu naturellement.

En observant ce qui se passe à l'intérieur de nous, au moment présent, le plus souvent possible, notre structure mentale se modifiera pour agir en harmonie avec notre conscience et notre volonté (qui viennent de l'Être), ce qui aboutira à une meilleure compréhension de nos besoins réels, nous permettant d'avoir une vie morale.

La méditation vous permet de vous libérer totalement, et par vous-même. Bien sûr, vous devriez aussi essayer toutes les autres techniques et aides à votre disposition pour vous débarasser de ce qui vous gâche la vie (hypnose, aide psychologique, coaching, relaxation...)

Cependant ces aides sont ponctuelles et ne vous libèreront pas de votre conditionnement mental. Il faut donc associer ces aides à une philosophie, c'est-à-dire une pratique spirituelle de chaque instant, pour espérer ce résultat : l'arrêt total de la souffrance, l'éveil spirituel, un état de paix intérieure qui ne vous quitte jamais.

Article mis à jour le 30 avril 2020

Antonin Adert

Si tu es ici, c'est que tu te poses des questions sur ton rapport au monde et ta manière de vivre. C'est comme ça que j'ai commencé à m'intéresser à la spiritualité. Au fil de mes rencontres, lectures et expériences, je cherche à créer du sens. Si tu désires le bonheur, tu es au bon endroit pour commencer ta quête intérieure 🙏 et pourquoi pas collaborer ici ? Bienvenue !