Pourquoi il est inutile de penser que c'est 'votre idée'

Beaucoup de personnes sont très fières d'expliquer leur idée et s'empressent de la faire valider. Si elle est validée alors tout va bien. Si quelqu'un d'autre se l'approprie ou que l’idée est refusée, c'est une catastrophe. 

Laissez-moi vous expliquer pourquoi tout est faux quand une personne dit : "c'est mon idée. "

Commençons par parler de l'origine de cette idée. Est-elle bien à la personne qui le prétend ? Ce n'est pas certain.

En effet, plusieurs phénomènes documentés montrent le contraire.

Prenons ceux que j'ai trouvés dans L’encyclopédie du savoir relatif et absolu de Bernard Werber (au mot synchronicité) :

  • Une expérience scientifique réalisée simultanément dans plusieurs pays en 1901 démontra que les souris méritaient une note de 6/20 sur un certain nombre de tests d'intelligence. Reprise en 1965 dans les mêmes pays, l’expérience accorda cette fois une note de 8/20 aux souris. Les souris auraient-elles progressé en même temps en intelligence sur toute la Terre ? Comme s'il existait une 'intelligence souris planétaire' qui se serait améliorée au fil des ans.
  • On a vu des singes apprendre tout à coup à éplucher des patates sur plusieurs îles du Pacifique pourtant fort éloignées les une des autres.
  • Chez les humains, on a constaté que certaines découvertes et inventions avaient été mises au point simultanément en Chine, en Inde, et en Europe : le feu, la poudre, le tissage par exemple.
  • De nos jours, des découvertes s'effectuent simultanément en plusieurs points du globe et dans des périodes restreintes. Tout laisse à penser que les idées flottent dans l'air, et que certaines personnes se rapprochent de ces idées par leur positionnement sans pour autant jouir d'une quelconque propriété dessus. 

Ces quelques histoires vont dans le sens de l'existence d'une idéosphère. Ce phénomène serait à relier à certains autres, comme le conscient et l'inconscient collectifs. 

Alors, ton idée, ou plutôt cette idée qui passait par là, et que tu as pu observer en premier, que vas-tu en faire ?

En la partageant, tu fais bénéficier la connaissance de cette idée à ta communauté, ce qui améliore grandement les chances de la voir apparaître, maintenant ou plus tard (car certaines idées ont besoin de maturation pour finalement être développées et intégrées dans la réalité).

Si à l'inverse tu décides de vouloir avoir la possession de cette idée, elle a moins de chances de voir le jour mais surtout il y a plus de chances que tu souffres de ne pas la voir se réaliser ou que quelqu'un la reprenne, te la vole ou carrément te devance (si tu voulais garder le secret).

💡OK mais j'ai toujours besoin de protéger mes idées

Si l’idée est alignée avec tes valeurs profondes, alors tu n'as pas à t'inquiéter, car tu l'incarneras facilement !

Fréquemment, la raison pour laquelle on voudrait garder une idée pour soi, c'est qu'on s'identifie à celle-ci. On la protège comme si elle nous appartenait. C'est parce que notre égo, en s'identifiant à l’idée, élabore naturellement des stratégies de survie pour qu'elle ne soit pas réfutée. Un rejet de l’idée reviendrait à la mort de celle-ci, et le rôle de l'égo est de créer des stratégies de survie pour ce qu'il considère comme faisant parti de lui.

Notre égo est constitué de l'ensemble des phénomènes psychiques que nous avons intégré et nous sommes appropriés dans notre esprit : notre identité , notre apparence, nos idées, nos idéologies, nos croyances, notre passé ...

En croyant que nous sommes l'égo, nous signons avec nous-mêmes un contrat qui nous fera invariablement souffrir psychologiquement, maintenant (l’idée est rejetée ou volée) ou plus tard (mon idée qui est acceptée a été dénaturée et n'est plus la même), en proportion exacte de la force avec laquelle nous nous sommes identifiés à cette idée. 

Il faut bien comprendre que tout ce qui existe est en changement permanent, mais que les structures mentales dont notre égo fait parti a besoin de stabiliser les choses pour fonctionner. 
Cependant en nous attachant à cette apparente stabilité qui vit dans nos conceptions mentales, nous confondons la réalité avec le monde idéalisé de notre esprit. En nous identifiant à ce monde idéalisé, nous sommes automatiquement dans le faux, et le faux fait invariablement souffrir. Il nous fait commettre des erreurs.

Plutôt que de voir la réalité à travers le prisme du mental, il faudra nous exercer à la voir sans nous identifier aux contenus mentaux, qui font par ailleurs également parti de la réalité. C'est l'objet du livre que je suis en train d’écrire . Un autre livre qui parle superbement de ce sujet, et que vous pouvez déjà lire en entier est Le pouvoir du moment présent - de Eckhart Tolle.
Être au moment présent, c'est simplement remettre chaque chose à sa place, développer son monde intérieur en harmonie.

Vous êtes les jardiniers de votre espace mental. Soyez-en conscients.

Article mis à jour le 21 juillet 2020

Antonin Adert

Si tu es ici, c'est que tu te poses des questions sur ton rapport au monde et ta manière de vivre. C'est comme ça que j'ai commencé à m'intéresser à la spiritualité. Au fil de mes rencontres, lectures et expériences, je cherche à créer du sens. Si tu désires le bonheur, tu es au bon endroit pour commencer ta quête intérieure 🙏 et pourquoi pas collaborer ici ? Bienvenue !